HISTOIRE

Rétrospective de l’histoire postale de l’ALGERIE :

  • Antérieur à 1830,
  • 1830 -1835 : la conquête ARMEE EXPEDre D’AFR,
  • 1836-1839 : POSS.d’AFR,
  • 1839-1876 : l’organisation des postes,
  • 1876-1900 : période type Sage,
  • 1900-1924: les timbres de France en Algérie,
  • 1924-1958 : les timbres de l’Algérie française,
  • 1958-1962 : les timbres de France,
  • 1962 : État Algérien,
  • 1962 : La République Algérienne,
  • Dès 1830 : les courriers maritimes,
  • Début 1913 : l’Aérophilatélie,
  • Les colis postaux,
  • La poste militaire 1954/1963,
  • Les cartes postales. 

 

doc 1 Antérieur à 1830 : Les origines.

Les plus anciennes marques postales : ORANARGEL. L’Espagne, dès le XVème siècle, voulut pousser ses avantages sur les rives de la Méditerranée et s’établit à Oran qui fut possession espagnole de 1509 à 1708, puis de 1732 à 1791. Les marques « ARGEL » utilisées de 1790 à 1810 et « ORAN » sont les marques postales les plus anciennes et les plus rares d’Algérie.

doc 2 1830 – 1835 : La conquête. « ARMEE EXPEDre D’AFR. » …

Les griffes « ARMEE EXPEDre D’AFRIQUE » sont précédées, selon les campagnes des lettres A, B, C, D, E et comportent parfois la mention PP. – 1ère période 1830-1831 Province d’Alger A, B, D. –  2ème période 1831-1835 Présence militaire : A : Alger, B Bône, E Oran.

doc 3 1836 – 1839 : La colonisation. «POSS. D’AFR ».

Le service des Postes est placé sous l’autorité du Directeur des Finances. L’organisation des Postes est calquée sur celle de la Métropole. Le service reste cependant assuré par la Poste aux Armées. Création des bureaux d’Alger, Oran, Bône, Constantine et Bougie (BUGIE POSS.D’AFR.).

doc 4 1839 – 1876 : L’organisation des Postes.

Avant la mise en service des timbres-poste le 1er janvier 1849, les lettres en port dû étaient taxées à la plume ou au tampon. En port payé, elles recevaient le cachet P.P.. Bien que l’utilisation du timbre-poste ne se généralisa que lentement, les premières vignettes furent oblitérées par le timbre à date de départ ou à la plume durant les quinze premiers jours de janvier 1849, puis par la grille oblitérante jusqu’à la mise en application des nomenclatures des « Petits Chiffres » et « Gros Chiffres ». Mise en place d’une hiérarchie entre les bureaux de Recette, de Distribution … etc.

doc 5 1876 – 1900 : Période type Sage.

Les timbres Sage au type I et II sont mis en service dès 1876 en France et en Algérie. Pendant plus de 25 ans, les correspondances reçoivent les timbres à date aux types 15, 16, 17, 18 et A, B, D … Des cachets spéciaux comme ceux de boîte mobile, journaux PP, cachets maritimes seront utilisés durant cette période.

doc 6 1900 – 1924 : Les timbres de France en Algérie.

Après la période des types Sage et jusqu’en 1924, l’Algérie utilisera les timbres de France. On constate que certaines séries comme celles des Jeux Olympiques, des Arts Décoratifs et des Orphelins qui auraient pu être utilisées, sont très rares.

doc 7 1924 – 1958 : Les timbres de l’Algérie française.

En 1924, les timbres de France sont surchargés « ALGERIE » et en 1926, il est décidé de la création de timbres spécifiques. En 1944, les timbres d’Algérie sont utilisés en Corse. En 1956 apparaissent les cachets SAS, SAU et CAS, bureaux ouverts dans le cadre de l’action de pacification. En 1958, les timbres de France sont de nouveau utilisés dans les départements français d’Algérie.

doc 8 1962 : État Algérien. Indépendance de l’Algérie. 

Dès le 4 juillet 1962, 10 timbres français seront surchargés E.A. (État Algérien). Ces timbres seront remplacés début 1963 par les timbres de l’Algérie. De nombreuses surcharges manuelles, typographiques, départementales, locales et privées ont été utilisées. Elles offrent un grand attrait philatélique par leur diversité.

doc 9 1962 : La République Algérienne.

A l’issue de la période transitoire de l’État Algérien, le gouvernement de la nouvelle République met en service ses propres timbres. Ces vignettes vont promouvoir la culture de l’Algérie indépendante par les peintures rupestres, les miniatures, l’artisanat, les monuments, le sport … etc.

doc 10 Dès 1830 : Les courriers maritimes.

La position géographique de l’Algérie face à la France nécessite dès la conquête, la création d’un service de poste navale, effectué par des avisos militaires, le relais sera ensuite assuré par les Compagnies Maritimes. Les liaisons principales s’établissent entre Marseille, Toulon et les ports d’Algérie. Des lignes maritimes sont créées vars la Tunisie et l’Espagne.

doc 11 Début 1913 : L’Aérophilatélie.

Les premiers raids des pionniers de l’air vers l’Afrique comportent une escale en Afrique du Nord. Des liaisons vers Alger, Laghouat, El Goléa, Gao, Niamey … vont s’établir. Des liaisons transversales vont s’ouvrir entre Tunis, Bône, Alger, Oran, Fez et Casablanca. Ces liaisons régulières participeront à l’essor de l’Algérie.