1939-1944

Pendant la seconde guerre mondiale

Fin 1939, après la déclaration de guerre, est émise une série de 4 timbres, au profit des familles des mobilisés : un même graphisme décliné en 4 couleurs.

Ces timbres ont été très peu utilisés pour affranchir des courriers, et principalement conservés par les collectionneurs.

En 1941 et 1942, le Maréchal Pétain est représenté sur 2 séries de timbres, dont le graphisme est identique à celui utilisé en Métropole.

Les entiers postaux pendant la guerre

A partir de septembre 1940, la France étant occupée en partie par l’Allemagne, sont émises sous forme d’entiers postaux des « cartes interzones », pour correspondance familiale ou commerciale, dont certaines sont utilisées en Algérie.

Le premier modèle utilisé en Algérie, imprimé sur carton de diverses nuances (beige, chamois, brun, ou, plus rarement, gris-bleu ou gris-vert), avec le graphisme Iris, brun et sans valeur indiquée, est uniquement réservé à la correspondance familiale sous la forme d’un questionnaire à respecter impérativement sous peine d’être non acheminée ou détruite.

Un deuxième modèle, toujours réservé à la correspondance familiale, permettra d’écrire un texte de 7 lignes ; toute carte irrégulière ne sera pas acheminée et sa valeur d’achat ne sera pas remboursée..

En août 1941, ces cartes sont remplacées par des cartes avec graphisme Iris ou Pétain, et valeur indiquée de 80 c., dont le verso pour correspondance est vierge.

Puis, toujours en 1941, pour éviter l’utilisation d’encres spéciales invisibles, les cartes sont imprimées sur papier couché satiné blanc, avec la même valeur de 80 c.

En janvier 1942, changement de tarif : la carte passe à 1f20. De nouvelles cartes sont imprimées.

Mais, pour écouler le stock de cartes à 80 c. invendues lors du changement de tarif, une surcharge est apposée, attestant le complément de charge perçue.

En novembre 1942, l’armée alliée débarque en Afrique du Nord. Son commandement s’installe à Alger. L’armée allemande occupe alors le sud de la France et l’armée italienne occupe la Corse. En juin 1943, l’armée allemande envoie aussi des troupes en Corse.

Dès avril 1943, la résistance française en Corse se réveille et reçoit le soutien des troupes installées en Algérie. Après le débarquement des Alliés en Sicile en juillet et la chute du gouvernement italien en août, l’armée italienne quitte la Corse. L’armée allemande, harcelée, se replie sur la ville de Bastia et l’abandonne le 4 octobre.

La Corse est donc séparée du continent, et dépend en grande partie d’Alger sur le plan économique. Après l’épuisement du stock de timbres au type Pétain, des timbres d’Algérie sont livrés à Ajaccio en décembre 1943.

En 1943, après le débarquement des Alliés à Alger, 2 timbres pour soutenir l’espoir en la victoire.

En 1944, une série de 4 timbres, même graphisme en 4 couleurs, dite « série du général Catroux », émise au profit des familles des prisonniers de guerre. Là aussi, peu utilisés sur courriers, et conservés par les collectionneurs.